7/ Anciennes citations localisées à nouveau

Voici quelques plantes correspondant à d'anciennes citations pour le Parc des Calanques qui ont été retouvées au hasard des pérégrinations...

Myrtus communis

Roux le citait à Pastré (un pied seulement). Il existe  à proximité de la sablière. Nous en avons trouvé un autre apparemment spontané au dessus de l'étang près de l'arboretum. À ce propos, signalons que ces sujets sont  rabattus sans ménagement par les débroussailleurs, ce qui à notre avis porte préjudice à la biodiversité.  Myrtus var. tarentina a été planté plus bas, à proximité de l'entrée du parc, mais son morphotype angustifolié ne laisse aucun doute quant à son introduction. En revanche, la couleur noire des fruits et l'habitus du sujet de la sablière, conforme aux autres Myrtus de la portion calcaire de Provence occidentale (Cassis à l'Arènes, Pas de Belle-Fille, Port d'Alon...)  suggèrent un indigénat.

Myrtus tar opt

 

 

 

 

 

 

 

Pistacia x saportae Burnat

H. Roux le citait à Pastré, nous l'avons cherché pendant des années sur sa partie haute, nous l'avons trouvé très récemment dans sa partie basse, à proximité de la chapelle. Il mesure 4 mètres.

Saportae opt

 

Erica arborea L.

Un seul et unique sujet à Pastré, à proximité de la piste D.F.C.I, mais en position spontanée: Au coeur d'un maquis dense à arbousier et salsepareille.

Citée à  Pastré par Roux (citation figurant dans le Cat. Molinier) et par Decrock au Baou Traouca en plein massif de Marseilleveyre (proche de la ligne de crête, introuvable après vérification!), la bruyère arborescente  existe  mais RR sur la portion calcaire du Parc des Calanques! Cet arbuste étant réputé calcifuge, il s'agirait de reconsidérer son écologie. La station de Pastré se situe sur les flancs calcaire d'un vallon, au fond duquel la tension évaporative (= déficit de pression vapeur) n'est pas extrême pendant la saison chaude, la masse de feuillus localisée en contrebas abaissant considérablement le rapport de Bowen par transpiration.

En d'autre terme, la bruyère arborescente aurait davantage d'affinité avec le secteur cristallin des Maures non pas par crainte du  calcaire actif mais par défiance vis à vis  du pouvoir desséchant de l'atmosphère...

Erica